Week-end à Gand

  • 3 jours
  • Printemps
  • Eté
  • Couple
  • Famille
  • Culture / Patrimoine
  • Découverte
  • Détente / Bien être
  • Moyen

Si on dit que Bruges est la plus belle ville de Belgique, elle est aussi très (voire trop) touristique, contrairement à sa rivale, la ville de Gand.

Galerie photos

Château des Comtes de Flandres (Gravensteen). Vrijdagmarkt, statue de Jacob van Artevelde. Canaux de Gand.

Chargement en cours...

Veuillez patientier

Étapes

  • GAND
ajouter les étapes

Vous pourrez le modifier à volonté dans l’éditeur

Détail du séjour : Week-end à Gand - 3 jours

Jour 1 : Visite nocturne

Déambulez dans la ville, rendue magique par les illuminations de ses bâtiments. C'est au long de la Graslei que les points de vue sont les plus beaux. Profitez-en pour faire une pause dans l'un des cafés-bars environnants et goûter la Gruut, seule bière traditionnelle de la ville de Gand.

Jour 2 : Un patrimoine riche

Commencez par une visite du centre-ville qui possède un patrimoine architectural étonnant et regorge de vieux monuments comme la cathédrale Saint-Bavon où se trouve le retable de L'Agneau mystique des frères Van Eyck (XVe siècle), la halle aux draps et le beffroi, l'hôtel de ville, le quai aux herbes, le château des Comtes... A midi, prenez le temps de vous sustenter dans un petit resto spécialisé dans les plats végétariens. L'après-midi, promenez-vous dans le quartier médiéval du Patershol et dînez dans l'Oudburg. Le soir, contrairement aux nuits calmes et tranquilles de Bruges, celles de Gand sont animées par la population étudiante et vous trouverez de nombreux bars où croiser quelques fêtards.

Jour 3 : Gand, ville florale

Faites un tour au marché aux fleurs du Kouter, pour déguster quelques huîtres accompagnées d'un verre de vin blanc. L'après-midi, rendez-vous au musée des Beaux-Arts (MSK) ou au musée municipal d'Art contemporain (SMAK), situés au sud de la ville. Si la marche à pied du week-end vous a fatigué, prenez le tramway pour vous y rendre.

Vous pourrez le modifier à volonté dans l’éditeur