Une semaine à Beyrouth

  • 7 jours
  • Toutes saisons
  • Solo
  • Couple
  • Famille
  • Amis
  • Culture / Patrimoine
  • Farniente
  • Moyen

Les cinq premiers jours de la semaine sont principalement consacrés à la visite de Beyrouth. Les suivants sont l'occasion de découvrir d'autres paysages à la périphérie de la capitale libanaise.

Galerie photos

<p>Mosquée Mohamed el-Amine</p> <p>La plage de Beyrouth</p> <p>Plats traditionnels libanais appelés " title="

Plats traditionnels libanais appelés "Mezzés"

" /> <p>Cathédrale Saint-Georges des Grecs orthodoxes</p> <p>Le Grand Sérail est le siège du gouvernement</p> Quartier Hamra <p>Les mezzés des plats traditionnels libanais</p>

Chargement en cours...

Veuillez patientier

Étapes

  • Beyrouth
ajouter les étapes

Vous pourrez le modifier à volonter dans l’éditeur

Détail du séjour : Une semaine à Beyrouth - 7 jours

Jour 1 : Centre-ville de Beyrouth

La visite de Beyrouth peut commencer par son centre-ville : vitrine touristique, centre ancien rénové, nouveau centre moderne. Il porte à lui seul plusieurs casquettes. La balade dans le centre est l'occasion de découvrir un quartier à part dans la capitale. Les rues y sont propres, les trottoirs neufs et larges, la sécurité omniprésente, et les vitrines élégantes. La place des Martyrs est dominée par la mosquée Al-Amine, qui peut se visiter en dehors des horaires de prière. Juste à côté de la mosquée se trouve la cathédrale Saint-Georges des Maronites et son imposant campanile, puis sur la droite des thermes romains datant du Ier siècle. Juste derrière, vous atteindrez la place de l'Etoile avec son horloge centrale, le Parlement libanais et les deux églises Saint-Georges des Orthodoxes et Saint-Elie. Au sous-sol de l'église orthodoxe, la visite de la crypte archéologique est enrichissante. Toujours vers le nord, vous arriverez au pied de la mosquée Omari construite dans une ancienne cathédrale, puis à l'entrée des nouveaux Souks de Beyrouth. Ce vaste centre commercial, inauguré en 2010, regroupe des dizaines de franchises internationales. Après avoir arpenté les ruelles des Souks, vous pouvez continuer votre shopping dans le secteur piétonnier de Foch-Allenby, également une adresse très recherchée du luxe local et mondial. Le jardin Samir Kassir offre une halte ombragée. Au nord de ce secteur, on distingue au loin le Beirut Exhibition Center qui est situé sur des terres gagnées sur la mer à proximité de la salle d'exposition BIEL. Vous pouvez alors longer la corniche du centre-ville qui est dominée par des immeubles résidentiels de luxe et des hôtels et vous rendre vers la baie du Saint-Georges, désormais baptisée Zaitunay Bay. Un endroit agréable pour boire un verre et dîner en terrasse.

Jour 2 : Promenade sur le bord de mer et quartier de Hamra

Il suffit d'une belle matinée ensoleillée pour bien profiter de la corniche qui s'étire sur plusieurs kilomètres d'Ain el-Mreissé à Ramlet el-Baïda. Rénovée à plusieurs reprises, la promenade le long des rochers de la côte est typique et très agréable ! Une fois arrivé à Manara, jetez un coup d'oeil lointain à l'immeuble rose très dégradé avec ses arcades, au pied de l'ancien phare noir et blanc. Une halte au café Raouda s'impose. Quel plaisir de boire son café au bord de l'eau ! Si l'envie vous prend, vous pouvez aller vous baigner au Sporting, une plage privée au look désuet des années 1950, tellement authentique. Fini le bronzage, la petite côte de Manara vous mène à Raouché. Vous aurez une vue fantastique sur le site de la grotte aux Pigeons, deux gros rochers calcaires au milieu de l'eau. Puis la corniche continue en direction de la plage publique de Ramlet el-Baïda.

Après cette longue marche le long de la corniche, profitez du trajet en taxi-service entre Ramlet el-Baïda et Hamra pour reprendre des forces. Demandez à descendre à côté de l'hôtel Commodore ou Coral Hamra pour ensuite pouvoir profiter de la terrasse du café Younes, notre préféré du quartier. Une balade rue Hamra permet de découvrir l'un des quartiers les plus vivants de Beyrouth et le plus représentatif de la mixité libanaise. Les intellectuels et les artistes aimaient s'y retrouver dans les années 1960-1970. Certaines façades décrépites d'immeubles de bureaux (Strand, Eldorado, Piccadilly, Al-Hamra) nous rappellent que Hamra fut dans le temps un centre d'affaires moderne. Après un bon mezzé libanais, descendez au campus de l'Université américaine de Beyrouth (AUB). Son musée archéologique vaut le coup d'oeil. Puis promenez-vous dans les allées du campus. Implantée sur ce site depuis 1871, l'AUB compte plusieurs immeubles anciens : College Hall datait de 1873, détruit par une bombe, il a été reconstruit à l'identique ; Assembly Hall de 1891 ; Post Hall de 1902. Si vous sortez par la Medical Gate (la porte la plus à l'est du campus), vous pouvez admirer les façades vitrées noires du centre Gefinor, très vintage. Si le temps vous le permet, vous pouvez continuer vers Clemenceau qui a gardé quelques palais splendides : Joumblatt, Ladki et Daouk.

Jour 3 : Découverte du quartier de Zokak el-Blatt

Le quartier de Zokak el-Blatt garde les dernières richesses architecturales de Beyrouth, c'est-à-dire des spécimens en voie de disparition. A la limite sud du centre-ville, ce secteur compte encore quelques beaux palais et vieilles résidences datant du XIXe et du début du XXe siècle. Aucun ne se visite, il faut se contenter d'une balade et d'en admirer seulement les façades et l'extérieur. Mais c'est également l'occasion de découvrir un petit quartier de la capitale. De Zokak el-Blatt, vous pouvez suivre à contre-sens la rue Spears qui compte également quelques bâtiments anciens avec de beaux volumes et des façades avec les fameuses arcades dont la résidence Yamouth (connue sous le nom de Zico House qui accueille des activités artistiques). Avant d'arriver à Hamra, vous ne pouvez pas manquer le jardin de Sanayeh, le plus grand de Beyrouth. Les Beyrouthins y viennent très tôt pour marcher ou jouer aux cartes. Créé en 1907 par le wali Khalil Pacha, c'est un lieu reposant. Pour finir la journée, direction la rue Verdun, le temple du shopping à Ras Beyrouth. Plusieurs galeries marchandes abritent des franchises internationales. Plusieurs restaurants et cafés y sont implantés.

Jour 4 : Quartier de Gemmayzé et quartier Monnot

Il faut commencer la journée par la visite du quartier de Gemmayzé. Les pubs et les restaurants étant fermés, c'est au cours de la matinée qu'il est possible de découvrir à sa juste valeur ce secteur limitrophe du centre-ville. Une promenade à pied le long de la rue Gouraud offre l'occasion d'admirer quelques belles façades d'immeubles anciens et de belles résidences. La rue Gouraud conduit au quartier Mar Mikhael, connu pour abriter l'immeuble EDL (Electricité du Liban). L'axe principal s'appelle alors la rue du Fleuve, les garagistes voient arriver de nouvelles galeries d'art et de petits restaurants dont le plus célèbre est Tawlet, un bio très apprécié qui propose un délicieux buffet pour le déjeuner.

De retour à Gemmayzé, remontez l'escalier Saint-Nicolas qui mène à la rue Sursock. Elle abrite plusieurs palais datant des XIXe et XXe siècles, ainsi que le nouveau musée Sursock qui mérite le détour. Traversez ensuite l'avenue Charles Malek, le jardin Saint-Nicolas avec son bassin vintage est le bienvenu pour faire une pause. Prenez la rue Bustros, puis Mar Mitr à contre-sens pour déguster une glace chez Hanna Moussa, l'un des meilleurs glaciers de la ville. Montez la rue Mariam Geahchan pour rejoindre la place Sassine et le centre commercial ABC. De la place Sassine, vous pouvez redescendre la rue Abdel Wahab el Inglizi pour rejoindre le quartier Monnot et le carrefour Sodeco. Il est impossible de manquer la façade de l'immeuble Barakat, une construction jaune très dégradée suite à la guerre qui vient d'être entièrement rénovée et qui devrait prochainement accueillir un musée sur l'histoire de Beyrouth.

Jour 5 : Une journée dans les musées

Quel plaisir de commencer la journée par le Musée national qui abrite une collection impressionnante d'objets couvrant toutes les périodes de l'histoire du Liban ! Inauguré en 1942, il a été rénové après la guerre civile. Ce musée expose des pièces uniques comme des bas-reliefs, des mosaïques et de nombreux sarcophages. Plus haut sur la rue de Damas, en face de l'ambassade de France, ne manquez pas la visite du musée des minéraux, qui se trouve dans l'enceinte de l'Université Saint-Joseph.

Un petit tour en taxi-service (2 000 LL le trajet) pour rejoindre le secteur de Jisr el-Wati où se trouve le Beirut Art Center, une salle d'exposition principalement orientée vers l'art contemporain. A nouveau, un petit trajet en taxi-service pour découvrir Borj Hammoud, un quartier arménien à la limite du fleuve de Beyrouth. Ce quartier est une ville en soi... Il est très vivant et offre l'occasion de découvrir la bonne cuisine arménienne et d'admirer le savoir-faire des bijoutiers libanais et arméniens.

S'il vous reste du temps, direction les hauteurs de Beyrouth vers Beit Meri. A 25 minutes de la capitale, ce village est surtout connu pour accueillir en février le festival Al-Bustan, mais il compte également deux sites historiques remarquables et méconnus : la chapelle du couvent Saint-Jean-Baptiste construit en 1750 sur les bases d'un ancien temple romain et les ruines d'un village romano-byzantin.

Jour 6 : Vestiges archéologiques et site naturel

La journée sera consacrée à la visite des sites touristiques de la banlieue nord de Beyrouth. A la sortie de la capitale, le long de l'autoroute du nord juste après le tunnel, se trouvent les stèles de Nahr el-Kelb. Depuis l'Antiquité, de nombreux conquérants ont gravé dans la roche le récit de leurs exploits. Les stèles remontent à Ramsès II jusqu'aux troupes françaises du général Gouraud en 1920. Une stèle a été ajoutée en 2000 pour la libération du Sud-Liban. Une fois en haut du promontoire, la vue sur le littoral fait oublier le vacarme de l'autoroute.

Après Nahr el-Kelb, prenez la voie rapide sur votre droite qui monte vers la station Faraya. Après quelques kilomètres se trouvent les grottes de Jeita qui représentent l'un des plus beaux sites naturels du Liban. Découvertes en 1936, puis en 1958, elles se composent de deux galeries, l'une est parcourue par une rivière souterraine que l'on visite en petite barque. La seconde galerie permet de s'aventurer à environ 700 m sous terre. C'est superbe !

De Jeita, vous pouvez descendre vers Jounieh. Cette petite ville côtière est agréable. Son coeur historique est limité et se visite rapidement. En prenant le téléphérique, il est possible d'avoir un magnifique panorama. Situé devant l'hôpital Saint-Louis, le téléphérique vous conduit à la cathédrale de Harissa qui domine la baie. Le soir, c'est splendide !

Jour 7 : Farniente sur la plage

Après plusieurs jours dans les embouteillages et à marcher à la découverte de Beyrouth, pourquoi ne pas utiliser votre dernier jour au Liban pour profiter de son soleil et de ses plages privées. Le choix ne manque pas. A Beyrouth, on peut se prélasser au Saint-Georges, au Sporting ou à la piscine de l'hôtel Riviera. Pour plus de dépaysement, il faut sortir de Beyrouth vers le sud pour savourer les plages de Damour, Jiyé ou Rmeilé. Les complexes se suivent le long de l'ancienne route maritime. Chacun affiche des prestations de qualité. Bonne baignade !

Vous pourrez le modifier à volonter dans l’éditeur